Site / Lec'hienn Erwan Evenou

LE COQ, L’HERMINE ET LE CROISSANT

Le Coq, l’Hermine et le Croissant,

Autoédition, 2012

2ème finaliste Prix Pierre-Jakez Hélias 2013

_wsb_203x300_livre2

Être né au Maghreb n’est pas une simple conjoncture géographique : c’est une appartenance génératrice d’identité, une remise en cause des structures centralisées que l’État hexagonal s’était données.

Entre 1940 et la fin du siècle, d’Algérie en Bretagne, ce livre est la chronique d’un citoyen français en butte à l’insti­tution jacobine, massificatrice, qui se repaît de l’exclusion de l’Autre.

Il se veut en même temps hymne à la vigueur des racines, à l’amitié entre les peuples, à l’identité multiple ; témoignage douloureux cherchant à exorciser le drame pathétique que fut pour tous ses habitants la funeste guerre d’Algérie.

Au travers de cette quête apparaissent des passerelles inso­lites joignant des luttes aussi éloignées que celles du plouc breton et du fellah nord-africain.

 

Le Coq, l’Hermine et le Croissant, 304 pages

14 euros franco de port chez l’auteur

(dépositaires : 9,50 euros)

 

EXTRAITS DE CRITIQUES

Erwan Evenou, militant progressiste breton bien connu, publie une autobiographie en français, qui suit de plus de vingt ans celle qu’il a publiée en breton. Une pudeur légitime et le sentiment d’avoir participé au combat d’une génération de militants obligent à recourir à des artifices – notamment sur les noms de lieux et de personnes – et conduisent à une expression sobre, voire elliptique. Seuls les copagnons de lutte en saisiront toutes les allusions.

On comprend qu’Erwan Evenou ait voulu évoquer sa trajectoire d’Européen d’Algérie, donc d’Algérien aux lointaines racines en partie bretonnes. Mais aussi les réalités contrastées de l’Algérie coloniale, la guerre qui enfle, qui clive une société terriblement inégalitaire mais jusque-là sans apartheid.

La guerre coloniale va obliger sa famille à partir. Mais pour aller où ? La France n’est pas sa patrie, la Bretagne va le devenir, mais sans effacer une sensibilité (parfois ombrageuse !), une culture forgées ailleurs.

D’où plusieurs allers-retours, un « service » militaire comme enseignant dans une Algérie indépendante devenue déjà différente, suivie d’une plongée efficace dans l’action bretonne. Mais l’Algérien est souvent en porte-à-faux et retourne dans son pays d’origine pour une nouvelle période d’enseignement.

D’où vient l’identité de chacun d’entre nous ? Du lieu de naissance, de ses parents, des ancêtres ? De notre histoire personnelle ? Peut-on faire abstraction d’une de nos identités ? Ce questionnement très actuel est sous-jacent, peut-être de façon subliminale, dans tout l’ouvrage.

Jean-Jacques MONNIER, Le Peuple Breton 2013

Erwan Evenou, né en Algérie en 1940, est un écrivain breton, linguiste, militant politique et linguistique.

Le livre, en partie autobiographique, évoque le vie de Malo Roslannic, « pied noir breton », de 1940 à l’an 2000. C’est la chronique d’un citoyen français, né en Algérie, en butte à l’institution jacobine, massificatrice, qui exclut l’Autre.

Cri d’un « indigné », heureusement capable d’humour sur lui et sur les autres !

Le glossaire en fin de livre (arabe, breton, berbère, pataouète !) est utile car le lecteur peut être parfois déconcerté par le mélange de vocabulaires et les liens assez lâches entre les chapitres.

Marie-Hélène DUBOIS (2013), revue de l’Ordre des Palmes Académiques

L’humour, jamais absent, ajoute de l’élégance au récit. Et l’humour, par sa lucidité, est l’ennemi de tous les fanatismes. C’est pourquoi ce livre est salutaire car il porte un regard décapant sur la bêtise, les idées recuites et nos petites lâchetés. Et là, tout le monde en prend pour son grade, y compris l’auteur, mais sans jamais s’appesantir ni tomber dans les querelles de personnes.

Tout ceci rend d’autant plus efficace ce bénéfique coup de pied dans la fourmilière des chapelles sectaires et du conformisme des idées toutes faites. La méthode est simple : « Observer et partager, et non pas juger ».

L’état français n’est pas épargné : « nul ne colonise innocemment » a écrit Aimé Césaire. Cette phrase criante de vérité est toujours d’actualité hélas, vu le contexte international, sans parler de cette tarte à la crème des soi-disant « bienfaits de la colonisation ».

Médiapart 2013

Grand merci pour ce chemin de vie, d’Algérie en Bretagne, et pour ces combats menés pour une certaine idée de la dignité humaine.

Jean-Michel LE BOULANGER, Vice-président du Conseil régional (lettre 2013)

À l’heure où nous parlons sans cesse d’identité et qu’ « Altérité » semble être le dernier mot à la mode, il nous paraît intéressant de vous présenter ce livre : « Le coq, l’hermine et le croissant » d’Erwan Evenou. Intrigué par ce récit non dénué d’humour, qui porte un regard lucide sur les travers des deux peuples qui ont créé la personnalité de l’auteur (Breton et Algérien), nous avons voulu en savoir plus sur ce romancier.

Servane HUONIC, L’Avenir de la Bretagne 2013

Dans un livre de souvenirs publié en 2013, Erwan Evenou jette un regard lucide et un peu désabusé sur ce foisonnement militant juvénile (…) en ce début des années soixante-dix.

Yannick QUÉNÉHERVÉ (Histoire de l’UDB, 2014)

J’ai lu ton livre avec beaucoup d’intérêt. Je serai ravi que nous en discutions, un jour. Cela nous permettra d’évoquer l’Algérie de notre enfance. Encore merci d’avoir écrit ce livre !

Moussa Anibis AIT AMAR (2014)

J’ai lu ton livre avec beaucoup de curiosité et d’intérêt. Suivant ton itinéraire vers la Bretagne – mais plutôt que d’itinéraire c’est de vocation qu’il convient de parler – je me disais que c’était une grande chance d’avoir eu dans ton bagage familial les prémices de cette espèce de passion qui a orienté ta vie et lui a donné un sens après l’exil d’Algérie.

Louis GARDEL, écrivain et scénariste pied-noir

Juste envie de vous dire merci. Merci d’avoir su exprimer tant de choses, tant d’idées, tant d’émotions et tant de sentiments dans ce parcours de vie de Malo que l’on sait être la vôtre. Ce livre m’a bouleversée parce qu’exprimant tout un ressenti que j’ai eu, à ma façon bien sûr, mais un ressenti enfoui et que je n’ai su exprimer avec des mots… Ah ! Si seulement il y en avait des milliers comme vous à posséder cette humanité profonde qui vous a toujours habité, ce respect « de l’autre » quel qu’il soit…

MAMM SOAZ, conteuse (2013)

Eur brao a romant fromuz a ginnig deom ar paotr Erwan Evenou, mond-ha-dont dibaouez etre daou ribl ar Mor Kreiz, etre diou vro, diou garantez.

Goude an disput gwall reuzuz war an « identité nationale », savet e Bro-Gwiriou-Mab-Den-ra-vo-meulet, e tiskouez deom n’e-neus ket pep hini ahanom eun idañtite hepken, med meur a hini, ha mond a ra ar ouel gand an avel, hervez or hejadennou gand or breudeur war an tamm douar patatez-mañ, c’hoarz ha poan mesk-ha-mesk.

E. BRENN (Brud Nevez 2013)

Ur romant diwar-benn an identelezh en deus skrivet Erwan Evenou. Diskouez a ra deomp penaos n’eus ket UN identelezh hepken met kentoc’h, e pe zoare e c’hall an den en em gavout o lodañ meur a hevelebiezh.

Levr ur stourmer eo hemañ, leun a garantez evit e yezh, evit ar pobloù o stourm evit o identelezh. An holl a zo entanet gant Breizh hag ar Brezhoneg a rank lenn romant Erwan Evenou.

kazetenn sizhuniek YA (2013)

Ganet eo Erwan Evenou en Aljer e 1940 hag eñ Breizhad ha brezhoneger. Bevet en deus en Aljeria a-raok ha goude an dizalc’hiezh. Soubet e vuhez-pad er Stad c’hall greizennour a nac’h perzhioù lies ar pobloù, e kav ar skrivagner liammoù etre « plouk » Breizh ha fellah Norz Afrika, dindan skeud skrijus ar brezel, dre red e soñjoù hag e skridoù.

kazetenn Bremañ (2013)

Souezhus eo romant diwezhañ Erwan Evenou Le coq, l’hermine et le croissant. Skrivet eo bet e galleg pa oa bet skrivet Nikolazig ar broioù tomm e brezhoneg. Stumm buhezskrid un den anvet Malo Roslannic bet ganet en Aljeria, dedennet gant personelezh ha yezh bro e hendadoù ha kemend-all gant tud, yezhoù ha sevenadur e vro c’henidik. Dont a ra da Vreizh da gelenn brezhoneg. Distreiñ a ra meur a wech da gelenn en Aljeria ivez… Kalz traoù a laka da soñjal er pezh a vefe bet buhezskrid Erwan Evenou. An amsteriegezh-se he deus diaezet ac’hanon (…). Ma lakaer ar fed-se a-gostez ez eus ur bern traoù dedennus er romant. Taolenniñ a ra Erwan Evenou ar vuhez en Aljeria etre ar bloavezhioù 1940 ha penn kentañ ar c’hantved-mañ. Deskrivañ a ra Malo « oc’h adkavout Breizh », e vuhez hag e stourmoù er Vro. Kavet am eus kalz plijusoc’h ar prantadoù en Aljeria, marteze peogwir em eus desket muioc’h a draoù. Kentelius eo keñveriañ ar saviadoù, gwelout sklaer ez eus ur stourm hollvedel evit gwirioù an dud. Kontet mat eo an istor.

H. L., Al Liamm 2013

Mersi bras da vezañ kaset din ho lewr. Lennet ‘m eus anezañ gant kalz a blijadur. Plijet bras on bet gant ar pezh a denn ouzh Breizh med iwe gant ho sell war Aljeria. Plijet bras on bet iwe gant ho toare da gontañ istor Malo ha da reiñ da gompren e hent.

Mannaig THOMAS (2013)